menu.title
TOUTES NOS RUBRIQUES

Pérou : des inondations ont fait au moins 65 morts depuis janvier

18.03.17, 08:35
Des habitants d'un quartier dans l'est de Lima victimes des inondations le 17 mars 2017. | Cris Bouroncle, AFP
Un brusque réchauffement des eaux du Pacifique, au large du Pérou, a provoqué des pluies diluviennes, des inondations et des glissements de terrains dans le pays, faisant au moins 62 morts et plus de 72 000 sinistrés.

Des rues submergées par les eaux, des dizaines de milliers d'habitations détruites. Le phénomène météorologique El Niño qui frappe les côtes péruviennes depuis janvier a fait au moins 65 morts et plus de 72 000 sinistrés. Les fortes pluies, provoquées par le réchauffement des eaux de l'océan Pacifique au nord du Pérou et l'absence de vents depuis l'Équateur, ont affecté plus de 500 000 personnes, les sinistrés ayant perdu tout ou une partie de leur logement. Le niveau des précipitations en cette saison est dix fois supérieur à la normale, ont indiqué, vendredi 17 mars, les autorités péruviennes.

Dans la capitale Lima, les habitants se sont retrouvés coincés par la montée des eaux vendredi, alors qu'ils sont aussi menacés par une pénurie d'eau potable. Les autorités ont dû installer des tyroliennes pour permettre la traversée de certains quartiers.

>> À lire : Nouveau record pour la température moyenne mondiale en 2016

La moitié du pays a été déclarée en état d'urgence, les zones les plus touchées étant principalement situées dans le nord du pays, a indiqué le Premier ministre Fernando Zavala. Alors que le phénomène El Niño devrait se poursuivre le long de la côte nord du Pérou pendant le mois d'avril, les inondations ne sont pas près de s'arrêter, estime le scientifique Dimitri Gutierrez, membre de la commission péruvienne El Niño.

Troisième inondation d'ampleur en trente ans

Le gouvernement a annoncé qu'il débloquerait 2 500 millions de soles (760 millions de dollars) pour reconstruire les zones affectées dans tout le pays. Le Pérou, estime le général Jorge Chavez, chargé de coordonner l'action du gouvernement, doit repenser ses infrastructures pour se préparer à une éventuelle "tropicalisation" de la côte désertique dans le Nord, que prévoient certains modèles climatiques à la faveur de la hausse des températures.

Les pluies qui ont frappé le Pérou ces dernières semaines sont similaires à celles qu'avait connues le pays lors du dramatique El Niño de 1998, lors duquel 500 personnes avaient trouvé la mort. Le pire phénomène El Niño au Pérou a été celui de l'hiver 1982-1983, où 9 000 personnes avaient péri, victimes notamment des épidémies, avec une chute de 11,6 % du PIB du pays.

Avec AFP et Reuters
 

-
Article mis à jour le 18.03.17
par  
FRANCE 24